top of page

Alexandre Petrus, un monde AP-ART : itinéraire d'un artiste pochoiriste entrepreneur

Dernière mise à jour : 16 janv.

Alexandre Petrus en train de peindre

À la croisée des chemins : dessiner ma voie

Depuis mes premiers traits de crayon à Courbevoie jusqu'à mes pochoirs actuels, mon parcours artistique est un voyage singulier. Né en 1988 à Courbevoie, le monde de l'art a toujours été dans mon ADN. Aussi loin que je me souvienne cela a commencé quand je reproduisais mes héros favoris de BD et Manga. Malgré cela il m'aura fallu parcourir un long trajet avant d'embrasser ma voie artistique.



Un itinéraire professionnel éclectique :

J'ai suivi un parcours académique. J'ai fais mes études à l'Institut de l'Internet et du Multimédia où j'ai obtenu un master en Communication Digitale. Pourtant je ne me voyais pas évoluer dans cet univers. J'ai donc commencé ma quête en explorant divers métiers et trouver celui dans lequel j'allais m'épanouir.

Serveur puis manager dans la restauration, bénévole dans une ONG à Zanzibar, guide touristique dans un gouffre en Dordogne, une reconversion comme négociateur technico-commercial...je vais au bout de chaque chemin emprunté mais rien n'y fait. Le seul fil conducteur de ce périple sont les carnets de dessins et gribouillis que je réalisais. Une passion silencieuse qui ne demandait qu'à être entendue.


Une révélation sur internet

En explorant la toile, je découvre des artistes comme Leona Rose ou Den End qui ont su transformer leur passion en carrière. Devant ces success stories, une nouvelle perspective s'ouvre à moi. Si eux l'on fait, pourquoi pas moi? J'entreprends donc de vivre de ma passion


Émergence créative : du dessin aux baskets

Le début de mon aventure artistique se dessine avec la customisation de mes premières paires de baskets comme les Stan Smith et Air Force. j'ai quelques commandes par mon entourage mais pas encore assez




Élargissement du champ créatif : des baskets aux sacs de luxe

Alors que je me perfectionne dans la customisation, une opportunité inattendue se présente : la proposition de travailler sur des sacs de marques prestigieuses telles qu'Hermès et Louis Vuitton. Ces commandes, bien que ponctuelles, ouvrent une nouvelle porte dans mon parcours artistique.




À la recherche de stabilité : vers les agences artistiques

Souhaitant donner une dimension plus stable à ma carrière artistique, je me lance dans la recherche d'agences artistiques pour présenter mes réalisations. C'est là que je rencontre le collectif GRAFFITI PARIS, me plongeant ainsi tête la première dans le monde fascinant du Street Art. C'est le déclic!


Une rencontre déterminante

Cette rencontre s'avère être un tournant décisif. Ce groupe d'artistes urbains m'offre l'opportunité de m'immerger dans l'univers du Street Art. Une nouvelle page de mon parcours artistique se tourne, et l'exploration de cet art urbain apporte une nouvelle dimension et une communauté inspirante à mon cheminement créatif.


Apprentissage de la bombe aérosol

Encadrer par le collectif j'apprends le maniement de la bombe aérosol en même temps que j'initie des particuliers, des entreprises et des écoles à cette pratique. Je découvre d'ailleurs que je manie la bombe de peinture de la main droite alors que je suis gaucher pour le dessin.



Découverte du pochoir : De l'expérimentation à la 1ère fresque urbaine

Evoluant dans le monde du Street-Art, je prend connaissance de la palette d'outils et techniques qui existe mais une particulièrement va m'attirer : le POCHOIR! C'est en découvrant une oeuvre d'Artiste-Ouvrier que je tombe amoureux de cette technique et décide de l'expérimenter. Je suis également très influencé par des artistes pochoiriste tel que Epsylon Point ou le très célèbre C215.


Depuis ce jour, j'ai testé, expérimenté et développé mon propre processus créatif. Voici ci-dessous mon tout premier pochoir réalisé en 2020. J'ai mis en scène Sherlock Holmes cherchant à déchiffrer un code que j'ai imaginé. (Arriveras-tu à le décoder?)


Pochoir de Sherlock Holmes

1 an plus tard je réalisais ma 1ère fresque dans le 17ème arrondissement, rue Caroline :

Sherlock Holmes met en lumière le quartier des Batignolles. Allez sur Google Map vous reconnaitrez ;).


Fresque Sherlock Holmes dans le 17ème Arrondissement de Paris rue Caroline

Ma technique : la double découpe

Je me spécialise très vite dans la technique de la double découpe. Il s'agit d'extraire d'une image, l'ombre et la lumière en deux pochoirs bien distincts : un noir, un blanc. que je superpose. Je vois ça comme le Yin et le Yang qui se complète l'un et l'autre. Il existe également la technique mono-couche et la multi-couche que je vous présenterai sur un autre article.



Renforcement de mon style artistique : mon 1er live-painting

C'est en juin 2021, la même année que ma première fresque (voir ci-dessus), que GRAFFITI PARIS m'offre l'opportunité de réaliser un live painting pour DISNEYLAND PARIS.


Thème : les dessins animés cultes des années 90

Objectif : réaliser 4 toiles en 5h.


4 toiles en 5 heures?! Très gros défi pour un premier live-painting!

Mais pour un pochoiriste c'est parfaitement possible. Tout réside dans l'organisation et la préparation en amont. C'est d'ailleurs pour cette évènement que je tente pour la première fois la technique de la double découpe (qui ne me quitte plus depuis).

Je réalise mes maquettes, découpe mes pochoirs, et me prépare pour le grand jour.


Malgré une légère pression de me savoir observé, j'y prend goût. Le public a un effet WOW! dès lors que je retire le dernier pochoir. Quelque chose se passe, peindre en direct devant un public me plait, sa réaction me plait, ce que je viens de créer me plait...aucun doute je suis sur la bonne voie!


Convergence créative : numérique, artisanat et peinture traditionnelle

Ce qui me plait à travers mon processus, c'est qu'il me permet de faire le pont entre 3 univers bien distinct :

  • Le digital : dans lequel je prépare mes maquettes et pochoirs.

  • L'artisanal : dans lequel je découpe manuellement mes pochoirs

  • La peinture : où je me laisse porter instinctivement par les couleurs

Ainsi mon atelier devient le lieu de convergence de ces 3 univers.



Ode à la vie : nature, figures historiques et couleurs éclatantes

Lorsque je peins, je m'inspire de ce qui m'entoure, de ce que j'aime, figures connues où inconnues, nature ou histoire, création pur ou reinterprétation d'œuvres classiques...mon champ des possibles est infini.

Méticuleux dans mes découpes et instinctif dans ma peinture, j'explore l’union des opposés. Mes oeuvres se veulent être la rencontre de l'ombre et la lumière prenant forme dans un mélange de couleurs et de mouvements.

Elles sont une célébration de la vie. Chaque dessin au scalpel, chaque éclat de couleur à la bombe et au POSCA, est emprunt d'enthousiasme et d'optimisme. C'est clairement ce que je cherche à transmettre aux spectateurs.




Évolution permanente : chaque toile, une nouvelle exploration

Ainsi, mon parcours artistique est bien plus qu'une série d'étapes, c'est une évolution constante. Chaque toile est une nouvelle exploration à travers un processus bien défini. Et c'est avec cette énergie créative que je vous invite à suivre et partager mon parcours artistique.


À travers ce blog, l'art du pochoir et le monde du Street-Art n'aura plus de secret pour vous.


105 vues0 commentaire
bottom of page